Nous avions demandé a Ankara au consulat du Turkménistan de nous envoyer directement nos visas a Sarachs.
Lorsque nous y parvenons enfin apres tout les périls de la route (nous avons créé une nouvelle expression: conduire comme un iranien, en effet, ce sont les pires chauffards qu`on ait jamais vu), la frontière est fermée (elle n`ouvre que jusqu`a 15h!).
Nous errons donc dans la ville et tout le monde nous regarde comme des marsiens. Goum, avec son feeling inimitable engage une conversasion avec Reza qui se révèle être prof d`anglais (une bénédiction quand on sait qu`ici peu de gens parlent anglais), il nous invite dans l`appartement qu`il partage avec plusieurs de ses collègues dont certains sont musiciens.
Une très belle soirée autour de la musique iranienne.

Après avoir pris cette photo (ci-dessous), on s'est dit qu'elle illustrait bien "le rêve de Mandragore"!

DSC02670DSC02667